Ida mouride: Forum sur les orientations budgétaires gestion 2021

0 103

En présence de l’Adjoint au sous-préfet de l’arrondissement d’Ida Mouride M. Anabi Moussa TOURE, des services techniques, des conseillers municipaux de la commune, du cadre de concertation, les OCB et les représentants des programmes et projets d’appui à la collectivité territoriale, le maire Amath NDAO a ouvert le forum sur les orientations budgétaires  et a profité de l’occasion pour remercier  les conseillers municipaux, le sous préfet et son équipe, les services techniques, la  population et tous les partenaires(PNDL, ASBEF, PASA, UDAM, HEIFER, KAWLOR, L’ARD, Koungheul Fm  et koungheul infos qui ont  participé à la réalisation des performances de sa commune.

 Le Secrétaire Municipal  Talla MAR t lors de son rapport introductif nous rappelles que s’agissant les recettes  pour l’année 2020, à la date du 18/11/2020, la situation financière  de la commune se présente comme suit :

Recettes de fonctionnement ou ordinaires recouvrées : 94.441.738 FCFA

Recettes d’investissement ou extraordinaires : 50.174.4422 FCFA

Total de 147.616.160 FCF

Dépenses de fonctionnement ou ordinaires : 60.827.151 FCFA

Dépenses d’investissement ou extraordinaires : 44.460.000 FCFA

 Total de 107.287.151 FCFA soit une disponibilité de 40.329.009 FCFA dont 34.614.587 F CFA  en fonctionnement  et  5.714.422F CFA.

Pour l’Etat Civil, des efforts considérables ont été menées à ce jour un montant de 900 000 a été recouvré FCFA sur une prévision de 1.000.000F CFA et l’objectif de 2021 sera revu en hausse tout en dotant substantiellement ce service de moyens et motiver le personnel en charge de ce secteur.

Au total, l’évaluation des recettes se fera sur la base de données fiables pour les recettes maitrisables (TRIMF, Frais de bornage) d’une part et d’autre part sur la moyenne triennale des recouvrements (Amende, état civil, foncière)

Quant aux autres recettes d’investissement, elles vont bénéficier du report d’investissement des années antérieures, du FECT et de l’excédent de fonctionnement capitalisé (fond propre).

Des espoirs sont permis avec la promesse du Chef de l’Etat d’étendre le Programme d’Appui aux Communes et aux Agglomérations du Sénégal (PACASEN) dont la durée est de 05 ans (2018-2023) aux anciennes communes issues des communautés rurales dont la phase pilote concerné 123 villes et communes. L’Objectif de ce programme est de soutenir la mise en œuvre de l’Acte III de la décentralisation, en participant au développement des capacités de gouvernance et de financement des collectivités territoriales. D’ailleurs le processus de mise en œuvre est enclenché par l’élaboration par les communes concernées des plans triennaux de développement ; celui de la commune a été élaboré et validé. 

Concernant les dépenses, une principe directeur va guider les inscriptions à savoir assurer les dépenses obligatoires d’une part énumérées à l’article 202 et 203 du code général des collectivités territoriales et d’autres part privilégier les dépenses qui présentent un intérêt capital pour les populations.

Une telles attitude doit se matérialiser par la reconduction des dépenses de fonctionnement habituelles en prenant en compte les missions traditionnelles du conseil auxquelles s’ajoutent les compétences transférées surtout en matière de santé et d »’éducation qui sont les principales priorités du conseil municipal.

 Avec le contexte actuel de la pandémie de la COVID 19, la collectivité territoriale va renforcer sensiblement son appui en vers les structures sanitaires du ressort de sa circonscription.

Pour l’accès aux de soins de santé des populations les plus vulnérables, le conseil municipal compte s’y investir pleinement. D’ailleurs une rencontre est envisagée dans les prochains jours avec  l’UDAM pour voir comment rendre opérationnel cet objectif. Toujours dans ce registre santé, il est prévu dans le cadre de PACASEN RURAL, la construction de logement de sage  femme pour le poste de santé de Ida Mouride et Khourdane, la construction d’une maternité à ndoune et dans le moyen terme l’érection de deux autres postes de santé à savoir pire Ndawéne et Ngouye Siwakh.

L’Education ne sera pas en reste, des concertations seront faites avec les enseignants, comités de gestion des écoles et les APE pour cerner réellement les besoins et les contraintes en conformité avec la nouvelle politique éducative de l’Etat du Sénégal.

Dans le cadre de sa politique d’entretien et construction d’infrastructures scolaires, un plan d’entretien et de maintenance des infrastructures a été élaboré par la collectivité territoriale avec l’appui de l’ARD et GIZ PRODEL. D’ailleurs il est programmé la réhabilitation de des salles de classes   des écoles de Pire Nango, Thiakho et la case des tout – petits qui sont en état de dégradation avancé. Pour ce qui est de la construction de murs de clôture, en sus des neufs écoles sur un total de 15 écoles déjà clôturés, trois autres écoles sont entrain d’être clôturées ( Keur Ngaye, Diounto, et Touba Fana)

Sur un autre registre, la politique du conseil municipal en matière de jeunesse et sport se poursuivra par l’octroi de subventions aux zones sans oublier des activités de formation. Les femmes ne seront pas laissées en rade. En sus d’une vingtaine de moulins introduits depuis 2014 dans la commune.

Des perspectives sont également offertes ave certains programmes de l’Etat qui appuient les collectivités pour la réalisation d’infrastructures sociaux de base (BCI, PNDL, PACASEN etc.…)

 Le seul obstacle qui risque de freiner l’effort de toutes ces interventions et le développement de localité, demeure être la question cruciale de l’électrification qui mérite une réponse prompte de la part des autorités. Sur 51 villages, six villages (Darou Wolof, Darou Thiguéne ; Darou Bambara Touba Gouye, Thialéne et Khourdane) sont électrifiés

Le sous-préfet de l’arrondissement d’Ida Mouride félicite le maire Amath NDAO et son équipe pour son travail, sa persévérance et sa gestion collégiale avant d’appeler les populations à participer au développement de la collectivité qui est avant tout l’affaire de tout le monde. En conclusion, l’orientation budgétaire alimente le débat autour des objectifs à fixer pour la gestion2021 et constitue par ce fait, un moment important dans la vie d’une collectivité territoriale. En effet, par delà le conseil municipal, c’est tous les acteurs que compte la collectivité territoriale qui sont conviés pour donner leur points de vue afin d’aboutir à une élaboration participative du budget de la collectivité territoriale.

Leave A Reply

Your email address will not be published.