TAMBACOUNDA: CEREMONIE D’INAUGURATION DU CAMP MILITAIRE DE GOUDIRY.

DISCOURS DE SON EXCELLENCE, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, MONSIEUR MACKYSALL.

200

C’est avec beaucoup de joie et de fierté que je me retrouve parmi vous  le 27 Décembre 2022, au cœur du Boundou, pour procéder à l’inauguration du tout nouveau Camp militaire de Goudiry.  Je suis d’autant plus heureux, que ce projet structurant s’inscrit parfaitement dans ma vision de moderniser notre outil de défense pour le hisser à la hauteur de la complexité croissante des menaces sécuritaires.  Dans un monde lourd de périls qui menacent, en permanence, la stabilité des nations en marche vers des lendemains meilleurs, il nous incombe d’anticiper et de veiller à la préservation d’un environnement de paix et de sécurité, gage de la quiétude nécessaire au développement économique et social de notre pays. Chères Populations du département de Goudiry,  Votre mobilisation exceptionnelle nous rappelle que la paix est un bien précieux, une richesse commune que nous devons résolument et vigoureusement protéger.

Monsieur le Ministre des Forces Armées, Maitre Sidiki KABA, Monsieur le Maire, et chères populations de Goudiry, je vous félicite et vous exprime toute ma gratitude pour votre accueil chaleureux.  Cette belle réalisation que nous inaugurons était un vœu ardent, longtemps exprimé par les populations de ce terroir, riche par son histoire, stratégique par sa position géographique, et emblématique par les figures d’exception qu’il a données à notre pays.  Le camp militaire de Goudiry est la matérialisation d’un projet tout à fait en phase avec la posture permanente de sureté. Il vient donner plus de cohérence au dispositif sécuritaire sur la frange frontalière et de densité au maillage d’ensemble du territoire national. En effet, après Fatick et Louga, qui ont accueilli les implantations respectives du 23e et du 22e Bataillon de reconnaissance et d’appui, et la création de nouveaux cantonnements militaires au Nord du pays, les Armées poursuivent, avec bonheur, le modelage de la carte sécuritaire, pour s’adapter à l’évolution du contexte stratégique régional et mieux répondre aux besoins des populations en matière de sécurité. Le choix de Goudiry n’est pas fortuit. Plus vaste département du Sénégal, cette localité est à la confluence du chemin de fer et de la route nationale n°1 qui relient Tambacounda au poste frontalier de Kidira. Le redéploiement de nos forces au plus près des frontières permet dés lors d’adopter une posture d’anticipation et de veille face aux menaces multiformes induites par les groupes armés terroristes et la criminalité transfrontalière organisée. Ainsi, après avoir récemment étrenné son nouveau lycée et vu la pose de la première pierre d’un centre de santé de référence, Goudiry renforce sa sécurité et celle des localités environnantes avec l’érection de ce nouveau camp militaire. Toutes ces réalisations concourent au développement humain au niveau local, et confortent un triptyque crucial pour les nations émergentes comme la nôtre, à savoir l’éducation, la santé et la sécurité.  Son camp va donc jouer un rôle central dans le dispositif de la Zone militaire N°4, qui englobe les régions administratives de Kédougou et de Tambacounda, couvrant ainsi près du tiers de la superficie nationale. Le renforcement du maillage sécuritaire de cette Zone militaire, qui partage une frontière avec quatre pays limitrophes, a débuté avec la création et la montée en puissance effective du 34 e Bataillon d’infanterie à Kédougou et l’érection en cours ou envisagée de fortes bases opérationnelles avancées. La Gendarmerie nationale n’est pas en reste, avec le Groupement d’action rapide de surveillance et d’intervention (GARSI) établie non loin, dans la localité de Nayé. Tout ce dispositif permettra de renforcer la sécurité sur l’axe Tambacounda – Kidira. De plus, dans le cadre de la coopération opérationnelle, fidèle à notre politique de bon voisinage, l’unité déployée à Goudiry pourra mieux opérer avec les forces de défense et de sécurité des pays limitrophes pour juguler les trafics transfrontaliers, à travers l’organisation d’activités conjointes ou combinées.  Ce dispositif cohérent découle donc d’une vision stratégique et opérationnelle qui confirme notre volonté permanente de sécuriser davantage le sanctuaire national. A ce titre, je voudrais féliciter tous les acteurs de ce projet, à la tête desquels le Chef d’état-major général des Armées, les autorités administratives, politiques et religieuses locales qui ont facilité la cession de plusieurs centaines d’hectares nécessaires à l’érection du camp qui englobe, outre des infrastructures de travail, de vie et de loisirs, un terrain d’entraînement et un champ de tir. ///Monsieur le Ministre des Forces armées,  Cette inauguration me permet surtout de constater, de nouveau, avec fierté, la réalité de la modernisation progressive de nos infrastructures militaires, grâce à une expertise locale constituée d’entrepreneurs nationaux, crédibles et efficaces, et du génie militaire sénégalais. Je suis persuadé que les hommes et femmes du 4 e Bataillon d’Infanterie, bénéficiaires de cette belle caserne, et les autres unités militaires qui y seront en transit opérationnel, maintiendront parfaitement cette réalisation dans un état de fonctionnement optimal ; et lui permettre ainsi de jouer pleinement son rôle de bouclier dans la protection des populations et de leurs biens. Pour cela, ils auront besoin de l’appui des collectivités territoriales et des populations, dans un contexte de menaces et de défis où la cohabitation harmonieuse entre militaires et populations locales doit être jalousement entretenue, pour nourrir quotidiennement le lien Armée – Nation. J’invite alors toutes les forces de défense et de sécurité, ainsi que les services de l’Etat, à renforcer cet esprit de collaboration qui a prévalu tout au long de la conduite de ce projet.

C’est seulement ainsi que nous pourrons, garantir l’approche holistique nécessaire à la prise en compte efficace des défis sécuritaires, afin d’y apporter la meilleure réponse opérationnelle, pour la sécurité, la stabilité et le développement de notre cher Sénégal.  Officiers, sous-officiers et militaires du rang, Je vous redis ma fierté d’être votre Chef et ma volonté inébranlable de poursuivre la modernisation de notre outil de défense.  Je vous salue. « On nous tue, on ne nous déshonore pas ».

KEBEKEBA URACSENEGAL

Comments are closed.