Tambacounda: Ong World-Vision et Cdpe Célébrent la Journée de l’Enfant Africain(JEA).

1 391

TAMBACOUNDA : ONG WORLD-VISION ET LE CDPE COMMEMORENT LA JOURNEE DE L’ENFANT AFRICAIN A’ NETTEBOULOU, MISSIRAH ET DIALACOTO.

Avec l’Appui technique et financier de l’ONG WORLD-VISION, le Comité Départemental pour la Protection de l’Enfant (CDPE) a Célébré la Journée de l’Enfant Africain à Tambacounda et Netteboulou le 16 juin, à Touba-tafsir (Missirah) le 17 juin et à Missirah-Tabadian (Dialacoto) le 20 juin 2022. Le thème de la Journée de l’Enfant Africain (JEA), édition 2022 est « Élimination des pratiques néfastes affectant les enfants : Progrès sur les politiques et pratiques depuis 2013 ».

L’Objectif Général vise à promouvoir l’abandon des pratiques sociales néfastes affectant les enfants. Il faut sensibiliser les autorités locales, les communautés et les enfants sur les pratiques sociales et culturelles néfastes entravant la pleine réalisation des droits de l’enfant; Évaluer les politiques et pratiques mis en œuvre au Sénégal pour lutter contre les pratiques néfastes affectant les enfants ; et Plaider en faveur du respect et de la promotion des droits de l’enfant.

Pour rappel La Journée de l’Enfant Africain (JEA) commémore le massacre de jeunes écoliers, par des policiers, lors d’une manifestation contre une scolarité inspirée par l’apartheid le 16 juin 1976 à Soweto en Afrique du Sud. La commémoration de la JEA a été institutionnalisée le 16 juin 1991 par l’Assemblée des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), devenue l’Union Africaine (UA). Chaque année un thème est choisi par le Comité Africain d’Experts sur les Droits et le Bien-être de l’Enfant, organe investi du mandat de surveiller la mise en œuvre des droits énoncés dans la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant (CADBE). Dans le monde, environ une femme sur 4 s’est mariée avant l’âge de 18 ans. L’Afrique enregistre le deuxième taux le plus élevé au monde après l’Asie du Sud.  L’Afrique de l’Ouest et du Centre, en particulier, suit de près l’Asie du Sud avec deux sur cinq (41%) des filles qui se marient avant l’âge de 18 ans selon l’étude de l’Unicef sur la Situation des enfants dans le monde, édition 2015. Les mariages des enfants entrainent des conséquences négatives sur les enfants concernés, surtout chez les filles : elles sont souvent exposées aux violences, aux mauvais traitements, à l’exploitation, aux infections sexuellement transmissibles (IST), y compris le VIH et leur accès aux services de santé sexuelle et reproductive est relativement faible. Entre autres pratiques néfastes qui impactent négativement le parcours de vie des enfants, on peut souligner les Mutilation Génitales Féminines (MGF). Au Sénégal, malgré la volonté affichée des autorités étatiques d’éradiquer cette pratique néfaste sur la santé des jeunes filles, il existe encore des résistances malgré le vote de la loi 99 – 05 du 29 janvier 1999 interdisant l’excision sur toutes ses formes et la mise sur pied de plans d’actions nationaux pour accélérer l’abandon.

Des Écoles élémentaires dans les différentes localités ont été ciblées pour abriter les activités. Partout les Collectivités Territoriales se sont montrées disponibles et prêtes à accompagner les Enfants dans leur bien-être, leur sécurité et leur épanouissement.

Le Représentant de World Vision chargée de l’éducation, Monsieur Boubacar Baldé, a félicité chaleureusement les Acteurs de la Protection de l’Enfant et prend l’Engagement de toujours les accompagner. Quant au Point Focal Institution CDPE, Madame Coumba Diop, s’est réjouie de l’implication effective des Maires, de la Participation des Élèves et a remercié profondément l’ONG Partenaire et toutes les Structures Membres du CDPE. Le Mémorandum des Enfants a été remis à toutes les Autorités.

SOURCE RADIO GADEC BEETAWE TAMBACOUNDA 88.5

KEBE     KEBA      URACSENEGAL.SN

 

 

 

 

Comments are closed.