Education/JIV Dahra 2023: SGN/SELS Amidou Diédhiou plaide la Cause des Enseignants.

Le Syndicat des Enseignants Libres du Sénégal a Célébré la JIV à Dahra le 14 Janvier 2023.

118

En ce moment solennel marquant une étape décisive de la vie du SELS, je voudrai rendre grâce à dieu qui nous a permis de nous retrouver dans le Djolof le Samedi 14 Janvier 2023 jour pour célébrer la JIV (Journée Internationale du Volontaire). Label incontesté de notre organisation, la Journée internationale du volontariat reste pour nous, un moment important dans notre agenda annuel mais aussi du système éducatif sénégalais. La célébration de la JIV a fini au fil du temps d’inspirer et de produire des effets positifs à notre école En effet, elle offre au SELS et aux acteurs du l’école l’opportunité de poser un débat sur les multiples défis de notre école.

Après les bons moments vécus à Kounghueul en Mars 2022, nous voici, famille des enseignants en général et des volontaires en particulier, réunis ici à Dahra pour célébrer cette magnifique philosophie du volontariat. Le volontariat est et demeure un levier important de développement communautaire. La célébration de la JIV nous donne l’occasion de communier mais aussi de magnifier la philosophie et le sens du volontariat en tant que don de soi, expression d’un patriotisme, d’engagement et de sacrifice immense au bénéfice du Sénégal. C’est l’occasion pour nous de rendre un hommage mérité à tous ces fils du pays, anciens volontaires qui ont perdu la vie. Qu’Allah dans sa bonté infinie les accueille dans ses plus hauts paradis.  Parler du volontariat dans le secteur de l’éducation et de la formation c’est aussi pour nous rappeler ses innombrables impacts positifs. Si l’école sénégalaise s’approche aujourd’hui de la scolarisation universelle et d’une éducation de qualité telle que prônée par le PAQUET, c’est simplement dû au fait que le volontariat avait donné un souffle nouveau à notre école en lui procurant un mieux-être. Il nous a permis de tirer le TBS de 54% dans les années 95 à 71,1% en 2021. Avec le volontariat, jaillissent partout et dans tous les secteurs, espoir et lumière comme c’est le cas dans le sous-secteur de l’éducation et de la formation au Sénégal. Cette Vingtième édition  se tient dans un contexte marqué par la tenue des élections aux CAP /CD , la  signature d’une convention de partenariat avec le groupe NSIA ,l’organisation prochaine pour la deuxième fois des élections de représentativité dans le secteur de l’éducation et de la formation prévue les 6,7,8 et 9 Mars 2023 et la nécessité pour notre syndicat de porter le combat de ce qui est désormais convenu d’appeler les injustices ou inégalités sociales que vivent les enseignants décisionnaires et les contractuels de l’éducation et de la formation. Qu’il me soit permis de saisir cette tribune pour remercier vivement tous les enseignants qui se sont mobilisés pour, malgré la nouveauté du vote électronique et ses contraintes, donner une victoire éclatante à la coalition SELS dans les grades où nous sommes entrés en compétition. Au lendemain de la signature du protocole d’accord du 22 Février 2022 entre le gouvernement du Sénégal et les syndicats d’enseignants membres du G7, des questions nouvelles se sont imposées à tous enseignants, tous sénégalais acteurs de l’école, épris de justice. Il s’agit d’abord de la nécessité de repenser notre avenir et l’avenir de nos enfants mais aussi de la question des enseignants décisionnaires et des maitres ou professeurs contractuels. Repenser notre avenir et l’avenir de nos enfants, c’est cette interrogation vitale qui a justifié la signature d’une convention de partenariat avec NSIA avec comme objectifs principaux de permettre aux enseignants que nous sommes de mieux préparer notre retraite mais aussi en même temps de planifier et d’organiser les études de nos enfants. Je voudrai à cet effet remercier la Direction Générale de NSIA pour nous avoir fait confiance mais aussi pour nous avoir soutenus. Aujourd’hui marque le point de départ de notre partenariat, vivement que les différentes parties puissent en tirer le maximum de profit. En signant cette convention nous estimons permettre aux enseignants d’optimiser les salaires, d’en profiter et de faire profiter à nos enfants dans le cadre d’un investissement bien planifié.  Abordant la question des décisionnaires, je dois rappeler que ce sont des enseignants dans un seul système d’un même pays (Le Sénégal) qui connaissent un traitement et un sort bien différents du reste des enseignants. Quel Paradoxe ! Ce paradoxe dans la gestion de ces catégories d’enseignants justifie le choix du thème de cette édition : « Le SELS face à la problématique des statuts multiples des enseignants dans la fonction publique : le cas des décisionnaires et des contractuels » En choisissant ce thème, dans une manifestation dont le parrain n’est personne d’autres que le Ministre en charge du développement communautaire et de l’équité sociale et Territoriale(Samba Ndiobéne ka), nous avons voulu trouver en vous, monsieur le ministre, l’interlocuteur tant recherché sur qui on peut fonder nos espoirs d’une justice rétablie. En vous Monsieur le ministre, nous pensons avoir trouvé la personne bien indiquée pour porter avec le SELS cette problématique.  De quoi s’agit-il ?  Les décisionnaires constituent une catégorie d’enseignants servant dans les mêmes écoles que les enseignants dits fonctionnaires, avec le même programme aux mêmes heures et avec les mêmes élèves mais qui ont un traitement et une retraite que nous considérant indécents, inéquitables et injustes.  Notre combat aujourd’hui réside dans la correction de cette injustice et la revalorisation du statut des décisionnaires par la modification des décrets :  1/2006-392 du 27 avril 2006 en ses articles 1 et 2 afin de réviser l’article 98bis pour la nomination des enseignants décisionnaires ayant déjà validé leurs années de volontariat, de vacation et de contractualisation ; 2/74-347 du 12 avril 1974 pour abroger les lettres circulaires 09 du 25 janvier 1967 ; 31 et 32 du 13 mai 1961 ; la prise en compte de l’ancienneté acquise dans le corps d’origine lors du reclassement dans un autre corps et celle de l’année d’obtention du diplôme professionnel en lieu et place de la date de signature ; 3/L’introduction d’une disposition transitoire pour prendre en compte les décisionnaires déjà reclassés ;  4/la modification du 74-347 en ses articles 8, 9 et 10 qui stipulent la représentation de ces agents dans les commissions d’avancement de grade; 5/L’équité dans la péréquation de l’avancement de grade de 50% à 60% afin de faire bénéficier à ces agents la faveur des enseignants fonctionnaires à la même position; 6/L’harmonisation des systèmes de retraite ; 7/Le relèvement au même taux des cotisations sociales à l’IPRES comme au Fond National de Retraite (FNR); 8/Elargir une retraite optionnelle à 65 ans.

Le thème de cette présente édition nous interpelle aussi sur la problématique des contractuels de l’éducation : Produit d’un nouvel ordre scolaire ou d’interactions internes au système éducatif, le contractuel de l’éducation, dans sa gestion, constitue une problématique de notre école. En permanence, il rencontre d’énormes difficultés qui ont pour nom : salaire bas, commissions à la pratique du CAP rares, lenteur dans la sortie des arrêtés d’admissions définitives, lenteur dans la production des actes d’intégration avec les risques de se retrouver comme décisionnaires entre autres. En sommes les contractuels de l’éducation souffrent le martyre et leur sort mérite une réflexion profonde pour éviter le syndrome de la foison de décisionnaires. Ces statuts multiples au-delà de la démotivation qu’ils créent avec son corolaire restent une menace pour le système de retraite au Sénégal surtout le FNR qui connait de moins en moins de cotisants.  Je voudrais, au nom du SELS renouveler solennellement notre engagement à être à leurs côtés pour que des solutions de corrections de ces injustices soient trouvées/// Dans la recherche de ces solutions et faute d’interlocuteur, nous avons déposé un préavis de grève qui expire le 17 Janvier avec les points de revendications suivants: 1/La revalorisation du statut des décisionnaires par la modification des décrets, 

2006-392 du 27 avril 2006 en ses articles 1 et 2 afin de réviser l’article 98bis pour la nomination des enseignants décisionnaires ayant déjà validé leurs années de volontariat, de vacation et de contractualisation ; 74-347 du 12 avril 1974 pour abroger les lettres circulaires 09 du 25 janvier 1967 ; 31 et 32 du 13 mai 1961; la prise en compte de l’ancienneté acquise dans le corps d’origine lors du reclassement dans un autre corps et celle de l’année d’obtention du diplôme professionnel en lieu et place de la date de signature ;

L’introduction d’une disposition transitoire pour prendre en compte les décisionnaires déjà reclassés ; la modification du 74-347 en ses articles 8, 9 et 10 qui stipulent la représentation de ces agents dans les commissions d’avancement de grade; l’équité dans la péréquation de l’avancement de grade de 50% à 60% afin de faire bénéficier à ces agents la faveur des enseignants fonctionnaires à la même position;

L’harmonisation des systèmes de retraite; Le relèvement au même taux des cotisations sociales à l’IPRES comme au Fond National de Retraite (FNR); Elargir une retraite optionnelle à 65 ans ;

2/Application intégrale du résiduel du protocole d’accord Gouvernement/ G7 du 26 février 2022 et des accords annexes notamment,

 La fin des lenteurs et lourdeurs administratives relatives à la gestion de la carrière des enseignants; L’élargissement des indemnités : de classes spéciales (double flux et multigrade) aux Ecoles Franco Arabe(EFA) ; aux Conseillers Pédagogiques en Arabe(CPA) ; de sujétion aux Cases des Tout-Petits(CTP) ; L’octroi d’une indemnité aux personnels occupant des postes diligents au niveau central et dans les circonscriptions déconcentrées du ministère de l’éducation nationale.

A/Modifier le 99-908 du 13 septembre 1999 afin de fixer les conditions d’emploi et de salaire des personnels enseignants recrutés par le biais des « 5 000 enseignants » recrutés en 2021;

B/Evaluer la politique de résorption des abris provisoires pour une accélération du processus, réhabiliter les écoles vétustes et élargir le réseau scolaire ;

C/La dotation en nombre suffisant de table bancs et de manuels scolaires (y compris en langue arabe) ;

D/Le recrutement suffisant de personnel enseignants au niveau préscolaire, élémentaire et au moyen secondaire ;

E/diligenter la mobilité, la mise en position de stage du personnel chargé de cours et en nombre suffisant ;

F/allocation des PAV (Plan d’action Volontariste) et des CAQ aux écoles.

Notre souci étant de nous mouvoir dans une école apaisée mais avec des enseignants motivés et enthousiastes, je voudrai vous prendre compte notre porte-voix auprès des ministres concernés pour qu’enfin des discussions soient ouvertes autour de ces questions que nous estimons déterminantes pour le devenir des enseignants et la stabilité du système.  Loin de nous de proférer des menaces monsieur le ministre, je vous invite à prendre nos propos comme une invite au dialogue et à la concertation crédo de notre organisation pour le bien de l’école.  Il est maintenant venu le moment de remercier. Remercier tous ceux qui se sont mobilisés pour la réussite de cette manifestation à la tête desquels le Ministre, parrain de la manifestation.

Monsieur le ministre, Nos camarades de la section de Dahra nous ont rapporté les conditions dans lesquelles vous avez acceptés ce parrainage. Selon eux, à l’annonce de l’idée de vous choisir comme parrain, vous aviez posé une seule condition : A condition qu’il n’y ait aucune condition, ni même un seul calcul d’un éventuel gain politique. Il s’y ajoute qu’au-delà de cet engagement spontané, vous avez non seulement tenu à faire le suivi régulier des préparatifs mais aussi et surtout pris en charge la totalité des charges liées à ce rendez-vous. Je voudrai au nom du SELS vous témoigner toute notre satisfaction et vous assurer de notre entière reconnaissance et fierté à voir une telle attitude digne d’un vrai   petit fils du Bourba Djolof et de Yang Yang. Soyez en très sincèrement remercier ; vous et le ministre Aly Ngouye Ndiaye maire de Linguère qui également à accompagner la section de Dahra et le SELS. La réussite d’une manifestation de cette envergure, c’est aussi l’organisation et la méthode. Monsieur le préfet, en bon manager, vous avez réussi, avec méthode, organisation et rigueur à fédérer tous les services autour de vous pour arriver à ce résultat. En atteste l’organisation du CDD sur les préparatifs de la JIV tenu le vendredi 6 Janvier. Je voudrais à ce moment précis vous décerner un satisfécit total. Nos remerciements vont aussi à l’endroit de l’inspecteur de l’éducation et de la formation et à son secrétaire général mon ami, frère et camarade de promotion depuis le lycée jusqu’aux premiers mois du volontariat qui n’ont ménagé aucun effort pour accompagner nos équipes et différentes commissions. Chaque fois que de besoin, vous avez mis à notre disposition un véhicule pour assurer certaines liaisons et même faciliter la libération de certains enseignants  dont la présence était impérative dans le dispositif organisationnel et de certaines écoles Nous n’oublions pas dans ce concert de remerciements monsieur Le maire de Dahra, Monsieur le président du conseil départemental, monsieur le chef de secteur des eaux et forêts, monsieur le commandant des sapeurs-pompiers, monsieur le commandant de la brigade de gendarmerie. La réussite de cette manifestation c’est forcément l’implication de la commission départementale des femmes dont nous saluons vivement la détermination et par la même occasion l’engagement, la créativité, la persévérance de la présidente Aissatou Touré et ses fidèles compagnons  qui ont réussi la foire de ce matin mais aussi honoré cette tradition de remise de trousseaux aux 50 meilleurs filles du département.  Avec ces actes forts que vous ne cessez de poser, vous montrez que rien ne peut se réussir sans votre implication. Je voudrais aussi exprimer toute ma satisfaction au comité national des Jeunes qui, depuis 96h sont présents à Dahra sous la tutelle de la commission nationale d’organisation. Leur présence et implication ont permis en collaboration avec la section de réaliser les performances et les succès que nous connaissons. A travers cet engagement bénévole vous nous démontrez à suffisance que nous avions raison de mettre en place ces structures de développement de notre organisation. Aux populations de Dahra et à ces autorités coutumières et religieuses je voudrai vous dire du fond du cœur et en chœur avec mes camarades jeurejeuf. Merci pour cette hospitalité légendaire que vous nous avez montré et qui a rendu notre séjour inoubliable. Merci à la section de Dahra pour cette parfaite organisation.  Je ne saurai terminer sans faire mention et remercier profondément les sections SELS venues de tous les départements du pays qui nous ont toujours manifesté leur confiance et leur loyauté. Malgré la distance et les risques du voyage, vous avez tenu à être là ! Camarades merci pour cette marque de considération et cet attachement à notre organisation et à ses orientations. Puisse Allah, nous conduire en paix dans nos familles respectives. Mes sincères remerciements à tous ceux qui, de loin ou de près, ont permis aux enseignants de se sentir heureux au Djolof. Je vous remercie pour votre aimable attention. Vive le SELS !/ Vive la CNTS !/Vive le mouvement Syndical !/ Vive l’école sénégalaise !

KEBEKEBA  URACSENEGAL

Comments are closed.