Tambacounda se barricade contre Ebola.

LA CROIX ROUGE CAPACITE LES VOLONTAIRES POUR ÊTRE AU CHEVET DES COMMUNAUTÉS.

0 54

 

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN PREVENTION ET CONTROLE DES INFECTIONS(PCI) DES  EQUIPES D’INTERVENTION DE LA CROIX ROUGE INTERVENANT DANS L’OPERATION DREF EBOLA SENEGAL 2021.

Le Comité Régional de la Croix Rouge de Tambacounda a abrité une session de formation de trois jours,du 02 au 04 juin 2021 au Village Artisanal sur l’orientation de 25 volontaires de Bakel,de Goudiry,de Koumpentoum et de Tambacounda en WASH/PCI pour la deuxiéme phasede la Riposte contre la Maladie à Virus Ebola.Le SG de la Croix Rouge Régional ,BABACAR DABO, a exhorté les secouristes a bien suivre la formation pour pouvoir répondre favorablement et efficacement sur le Terrain.Le Formateur/Technicien WASH/PCI,M.Meissa Bigué Mbengue, du Service Eau-hygiéne-Assainissement est revenu sur l’importance du Renforcement des capacités et le role délicat des volontaires. En mars 2014, la plus grave épidémie d’Ebola de l’histoire s’était déclarée au sud-est de la Guinée pour ensuite se répandre au Libéria, en Sierra Leone, au Sénégal, au Nigéria et au Mali. L’épidémie avait fait plus de 28 000 malades et plus de 11 000 décès, plongeant ainsi les pays touchés et leurs voisins dans une crise sans précédent. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait déclaré cette épidémie une crise internationale de santé publique et avait lancé une expansion rapide des efforts internationaux, régionaux et nationaux qui avaient permis de contrôler la propagation du virus. Le 14 février 2021, les autorités sanitaires Guinéennes ont déclaré une épidémie de maladie à virus Ebola dans la communauté rurale de Gouéké, dans la préfecture de N’Zérékoré, après que trois cas d’Ebola aient été confirmés par le laboratoire national. C’est la première fois que la maladie est signalée dans le pays depuis la fin de l’épidémie en 2016. Les premières investigations ont révélé qu’une infirmière du centre de santé de Gouéké était décédée le 28 janvier 2021. Suite à son enterrement, six personnes qui ont assisté aux funérailles ont signalé des symptômes de type Ebola et deux d’entre elles sont décédées, tandis que les quatre autres ont été hospitalisées. L’OMS appuie les autorités pour mettre en place des structures de dépistage, de recherche des contacts et de traitement et pour accélérer la réponse globale.

 

Le Sénégal, partageant des limites frontalières sur cinq régions avec la Guinée a aussitôt activé son plan de réponse autour du Centre des Opérations d’Urgence Sanitaire (COUS) du Ministère de la Santé et de l’Action sociale. Cette situation vient s’ajouter au contexte d’une augmentation spectaculaire du nombre de cas positif de la Covid-19 qui plonge le Sénégal dans une véritable crise sanitaire atteignant même la 2ème vague de la pandémie. La porosité des frontières terrestres et maritimes, la faiblesse du dispositif de contrôle des structures de santé et la faiblesse des capacités opérationnelles augurent une accentuation des risques réels d’une entrée du virus Ebola dans le territoire Sénégalais malgré les efforts du MSAS si le nombre de cas augmente en Guinée. L’épicentre de l’épidémie actuelle se trouvant dans une zone frontalière, le gouvernement du Sénégal a déclenché un plan de réponse pour renforcer la surveillance communautaire des cas dans leurs districts frontaliers, ainsi que leurs capacités à dépister les cas et assurer la surveillance dans les structures de santé.

 

Face à cette situation, la Croix-Rouge Sénégalaise a sollicité un accompagnement de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge (FICR), à travers un Appel de fonds qui sera précédé d’un DREF pour la prise en compte des besoins urgents en matière de préparation, de formation et de mise en place d’un dispositif de surveillance et de veille.

 

A ce titre, le soutien apporté par la FICR à la CRS, dans le cadre de ce DREF, mettra nécessairement le focus sur :1/Le renforcement des   capacités des équipes d’intervention (volontaires, superviseurs et staff) de la CRS, 2/L’amélioration du niveau de connaissance des populations sur les mesures de prévention et de détection de la Maladie à Virus Ebola (MVE), 3/Le maintien du respect des mesures barrières contre la COVID,4/L’amélioration des capacités opérationnelles des structures sanitaires proches des frontières des régions cibles de l’opération,5/La mise en place d’une stratégie de communication et de mobilisation communautaire,6/La réalisation de la cartographie des points d’entrée des localités les plus proches des frontières et des activités de sensibilisation communautaire.

 

Ces activités de préparation et de réponse se dérouleront dans une synergie d’actions sur une dynamique communicationnelle, de participation et d’engagement communautaire en vue de répondre efficacement aux exigences de la démarche de prévention et d’alerte face à la menace réelle de cette épidémie. Le mécanisme d’engagement communautaire et de redevabilité, la communication pour le changement de comportement et le référencement précoce des cas suspects seront les maîtres mots de cette approche proposée par la Croix-Rouge sénégalaise en collaboration avec les autorités sanitaires des localités d’intervention.

 

La CRS a développé une stratégie de surveillance à base communautaire consistant à développer, à tester et à préparer sur le terrain l’utilisation d’une plateforme open source pour la surveillance à base communautaire qui améliore et accélère la détection des urgences humanitaires. Cette stratégie facilite le déclenchement d’une réponse humanitaire plus rapide, plus proche et mieux adaptée aux besoins détectés des communautés concernées, et la CRS souhaite mettre en pratique cette approche participative en déployant le mécanisme opérationnel dans les zones identifiées.

L’objectif général Contribue aux efforts du Gouvernement sénégalais dans la préparation et la mise en place d’une stratégie de réponse face à la Maladie à Virus Ebola (MVE) par le renforcement des capacités des équipes d’intervention de la CROIX ROUGE dans le domaine de la PCI. Il faut faire l’évaluation sur la prévention et le contrôle des épidémies (PCI) des structures sanitaires les plus proches des départements frontaliers des zones d’intervention avec l’utilisation de l’outil dans l’application KOBO COLLECT intégré dans les smartphones, et partager les résultats avec les responsables pour un accompagnement dans l’amélioration des conditions opérationnelles des structures.

Il s’agit de la réduction des risques de transmission nosocomiale dans les établissements de santé soutenus par la Croix-Rouge et les communautés environnantes en brisant ainsi les chaînes de propagation potentielles de la maladie à virus Ebola grâce à l’application de la prévention des infections approuvée par le ministère de la Santé via l’OMS. C’est à travers un Renforcement des infrastructures WASH dans les établissements de santé ; l’assurance de la disponibilité de l’équipement et des fournitures essentiels de la PCI et la promotion de l’intégration de l’approche PCI dans le système de soins de santé primaire .

 

Dans le cadre des activités d’accompagnement du dispositif de gestion des dépouilles mortelles, la Croix-Rouge Sénégalaise ayant déjà formé un effectif de 30 volontaires sur l’enterrement digne et sécurisé reste en alerte pour la gestion de cette tâche. Pour cette activité, la société nationale ne prévoit pas d’intégrer cela dans le budget parce qu’un stock est disponible qui pourra assurer les premières sorties. Toute fois les volontaires formés resteront en alerte pour apporter un appui au système de santé en cas de flambée de l’épidémie. Les actions de sensibilisation auprès des communautés sur le respect et l’adoption des bonnes pratiques d’hygiène seront également menées par les volontaires avec la participation et l’engagement  des communautés.

 

Les équipes d’intervention sont formés sur la PCI et sont capables d’orienter les acteurs communautaires sur les mesures de prévention de la maladie ;Les personnels de soutien sont orientés et sensibilisés sur les mesures de prévention ;Les activités PCI sont adaptées et contextualisées dans le cadre de la prise en charge des cas suspect ;Un système de veille des bonnes pratiques de PCI est mis en place ; les séances de simulation sont assimilées par les équipes d’intervention.

SOURCE RADIO GADEC BEETAWE TAMBACOUNDA 88.5

KEBE       KEBA                 URACSENEGAL.SN

Leave A Reply

Your email address will not be published.