Tambacounda/Cosydep:l’Antenne Régionale fait la vulgarisation des Assises relatives à la fin de l’Année-Scolaire 2021-2022.

Le Conseil d'Administration de la Cosydep a organisé une Séance de Partage des Propositions et Suggestions de l'Année-Scolaire 2021-2022.

155

L’Antenne Régionale de la Cosydep de Tambacounda a organisé une journée de vulgarisation des travaux de la COSYDEP le Samedi 17 juillet 2022.

Le Conseil d’Administration (CA) de la COSYDEP a tenu sa dernière réunion ordinaire de la fin de l’année scolaire 2021-2022. Tirant les conclusions de ses travaux, le CA a noté que la présente année arrive à son dénouement après plusieurs soubresauts. Des efforts salutaires, consentis par les acteurs et partenaires, ont suscité un immense espoir chez les élèves, leurs parents et les enseignants. Le mois de juillet qui est celui des évaluations et des élections législatives, boucle officiellement les activités avec des défis à considérer : (1) le processus des élections législatives qui fait l’objet d’appréhension de risques de troubles, (2) la problématique du recrutement des enseignants, (3) la résurgence de la violence en milieu scolaire, (4) les exigences d’une utilisation optimale des vacances scolaires.

Sur la perspective des législatives du 31 juillet 2022 et analysant le rapport entre Education, Jeunes et Elections, la COSYDEP :1/ rappelle que le moment des évaluations de fin d’années coïncide avec les élections législatives qui sont l’occasion de manifestations, d’animation et d’autres activités qui génèrent des risques de violences qui n’épargnent pas les lieux d’apprentissage. C’est pourtant un moment où les élèves ont besoin de paix et de quiétude pour se concentrer sur leurs tâches pour des résultats probants ; 2/ souligne que les acteurs doivent penser aux intérêts des enfants porteurs d’avenir. Les six (6) millions d’apprenants en quête de perspectives nourrissent des attentes fortes à l’endroit des politiques sur leur vision et leurs ambitions pour le secteur ; 3/ invite à placer les lieux d’apprentissage et les apprenants à l’abri des jeux d’acteurs. Dans cette optique, les débats, discours et autres actes politiques devraient renforcer la paix et la sécurité, requises par l’éducation, tout en respectant la neutralité politique de l’institution scolaire.

Sur la problématique du recrutement des enseignants et rappelant qu’à la différence d’un examen, le concours met en compétition des candidats pour un nombre de places fixé d’avance, la COSYDEP : 1/constate une baisse drastique sur le nombre d’enseignants recrutés cette année. En effet, seulement 10% du nombre des recrutements antérieurs ont été pris. Cela n’est guère rassurant quant à la volonté de résorber le déficit en enseignants qu’une de ses études situait à près de 45 000, tenant compte des enfants hors école, des classes spéciales, gelées ou fermées faute de maîtres et des effectifs pléthoriques ;  2/suggère de privilégier une planification rigoureuse dans la dotation du système en enseignants bien formés et en nombre suffisant, tout en considérant que le recrutement des 5 000 enseignants de 2020 était une mesure exceptionnelle ; 3/exhorte les autorités scolaires à revoir la situation des enseignants décisionnaires ou mis en position de stage ainsi que le processus de recrutement des élèves-maîtres pour que la formation puisse se faire d’octobre à juillet pour le respect des 9 mois et la disponibilité des nouveaux enseignants dès la rentrée d’octobre.

 Sur la résurgence de la violence en milieu scolaire, la COSYDEP :1/ condamne fermement les actions de violence perpétrées par des élèves dans des établissements scolaires. Les enfants interpellés, étant à la fois des acteurs et des victimes d’une crise sociétale profonde, subissent l’influence des réseaux sociaux, les crises d’autorités, les diverses formes de violence observées, la démission des parents, le déficit d’encadrement à l’école. Une situation qui interpelle à la fois la familiale, la communautaire et l’Etat ; 2/invite à approfondir la réflexion sur la persistance de la violence en vue de mieux maîtriser le phénomène et de bâtir des réponses pour une école apaisée, propice au renforcement de l’éducation aux valeurs, à la promotion du civisme, de la citoyenneté et de la paix ; 3/ suggère de privilégier la sanction qui corrige en sauvant l’homme mais pas celle qui compromet l’avenir de l’enfant. Des espaces de rencontres entre enseignants, parents et élèves sur les règles de la vie scolaire doivent être formalisés. Les établissements scolaires doivent être sécurisés avec des aménagements adaptés et un personnel de soutien conséquent. Il convient aussi de s’inspirer de la discipline militaire, de nos valeurs traditionnelles et religieuses qui promeuvent le respect de l’autorité, des bonnes pratiques à travers le monde, des opportunités d’éducation qu’offrent les activités de vacances (Navétanes, camps et colonies de vacances, visites de casernes militaires, mobilisations des mouvements de jeunesse, des daaras, du service civique national, …).

Sur les exigences d’une utilisation optimale des vacances scolaires, la COSYDEP :   1/convie l’ensemble des acteurs à tirer le maximum de profit des grandes vacances. La préparation optimale de la prochaine rentrée et la prévention des conflits doivent contribuer au traitement diligent des questions à forts enjeux. L’édition 2022 de sa campagne « Nos vacances pour l’École » sera mise en route dès mi-août ;2/ lance un appel à l’État afin d’accélérer la mise aux normes des établissements scolaires. Un accent particulier doit être mis sur l’amélioration de l’environnement des apprentissages avec un minimum essentiel de services intégrés (1 école, 1 point d’eau, 1 bloc sanitaire, 1 personnel d’appui) ; 3/ encourage à poursuivre la restauration de la confiance nécessaire à l’apaisement durable du secteur en mettant à profit le fonctionnement du comité de suivi des accords mis en place après les efforts de revalorisation salariale des agents de la fonction publique.

La COSYDEP réaffirme sa détermination à jouer pleinement son rôle de veille, d’alerte et de propositions pour l’avènement d’un système éducatif effectivement décentralisé, suffisamment ancré sur les réalités nationales et globales, moderne dans ses possibilités d’apprentissage, solide de ses infrastructures, souple dans son déploiement, résilient dans ses réponses face aux événements imprévus.

KEBEKEBA     URACSENEGAL.SN

 

Comments are closed.