Tambacounda:Revue régionale et PTA 2021 de l’Inspection d’Académie.

L'IA DIACK RENCONTRE LES FAMILLES D'ACTEURS DU SYSTÈME EDUCATIF

0 106

INSPECTION  D’ACADEMIE DE  TAMBACOUNDA : REVUE  REGIONALE  2020 ET PTA 2021

Le Gouverneur Amadou Salmone Fall , en  Compagnie de l’Académie de Tambacounda, a présidé le vendredi 7 mai 2021 à 10heures dans la salle de Conférence dudit lieu le Conseil Régional de Développement(CRD) sur la Revue Régionale 2020 et le Plan de Travail Annuel (PTA) du Secteur de l’Education et de la Formation.

Il est à noter que toutes les familles d’Acteurs sont représentées.

L’Académie de Tambacounda épouse les contours de la région dont la superficie est de 42 706 km2 soit 21,7% du territoire national. Les Inspections de l’Education et de la formation (IEF) sont reparties, respectivement, dans les quatre (04) départements  que sont : Bakel, Goudiry, Koumpentoum et Tambacounda.

La population de Tambacounda, estimée 872 161 habitants en 2020, est très jeune avec 47% âgés de 0 à 14 ans. Elle est aussi essentiellement rurale (83%).

La région est caractérisée par sa vaste étendue, l’enclavement de nombreuses localités, un habitat dispersé et une densité encore faible de 20,4 habitants au km2 en 2020. En plus, elle partage ses frontières avec quatre pays et cinq régions (voir carte physique).

Les principales activités économiques tournent autour de l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, le tourisme  et l’exploitation forestière.

Dans ce contexte, l’éducation et la formation constituent les principaux leviers pour développer le capital humain et relever les défis de l’émergence économique.

Avec le PAQUET/EF comme cadre d’opérationnalisation de la nouvelle politique éducative, la décentralisation/déconcentration devient plus effective.

Ce principe qui donne plus de responsabilité aux collectivités, suppose l’instauration d’un cadre de dialogue  politique, technique et social entre les acteurs, une gouvernance participative, une mobilisation plus diversifiée des ressources, mais surtout une exigence de performance,  de transparence et de reddition des comptes.

Les Principales forces s’articulent autour de :1/L’augmentation du nombre d’adultes âgés de 15 ans et plus fréquentant les CAF,2/la hausse du TBS au primaire et dans le moyen secondaire, 3/la croissance du TBA en dernière année du primaire, du moyen et du secondaire,4/l’amélioration du Taux de réussite aux différents examens professionnels (CAP, BEP et BAC technique), 5/l’amélioration du Taux d’accroissement des effectifs d’apprenants de la FPT.

Les Principales contraintes identifiées sont:1/la non systématisation des pré et post tests,2/la faiblesse du TBPS, 3/la faible représentation des filles dans les filières STEG

Les Recommandations consistent à : 1/Prévoir dans les PTA des IEF les pré et posts tests,2/Elargir l’accès à la petite enfance avec l’appui du projet PIPADHS,3/Sensibiliser les filles pour qu’elles embrassent davantage les filières STEG

Le secteur de L’Education de Base des Jeunes et Adultes vise à  doter les citoyen(ne)s n’ayant jamais été à l’école ou l’ayant quittée très tôt, de connaissances fondamentales et de compétences de vie courante dans une perspective d’insertion socio-économique, de citoyenneté et d’éducation tout au long de la vie. C’est dans ce cadre que des classes passerelles (enfants non scolarisés et déscolarisés) ont été mises en place. LES DIFFICULTES RENCONTREES sont le Déficit de la formation continue en APC ,la Faiblesse de l’offre, la Mobilité des apprenants et des encadreurs, le Manque de moyens logistiques et informatiques ,l’Absence de suivi post-alphabétisation, le Retard souvent noté dans le démarrage des classes passerelles et des CAF, la Faible mobilisation de la communauté et des CT pour la mise en place des abris destinés aux classes passerelles, l’Absence de dispositif approprié de suivi des cohortes d’apprenants issus des classes passerelles. Les SOLUTIONS MISES EN ŒUVRE OU ENVISAGEES sont la Formation en APC pour les facilitateurs et les superviseurs, l’Augmentation de l’offre, la Dotation en moyens logistiques et informatiques, la Systématisation du suivi post-alphabétisation, la Mise en place d’un dispositif de suivi des apprenants issus des classes passerelles

Il est souhaitable de Mobiliser les ressources auprès des ONG, des Collectivités territoriales et autres partenaires pour appuyer l’EBJA, d’Augmenter les programmes d’alphabétisation.

Les Défis majeurs sont: 1/Amélioration de l’environnement des structures du DIPE ;2/Amélioration du taux de réussite au CFEE ;3/Amélioration  des seuils de maitrise en Mathématiques et en lecture ;4/Accroissement du taux de certification dans l’apprentissage rénové ;5/Réduction du taux d’abandon ;6/Développement des offres alternatives notamment en accélérant la mise en œuvre des programmes des daaras modernes et des programmes d’apprentissage rénové ;7/Amélioration de l’environnement des enseignements apprentissages dans les disciplines scientifiques (construction / réhabilitation des labos et leur équipement) ;8/Relèvement du taux de réussite au BAC ;9/Relèvement du pourcentage d’élèves orientés dans les séries scientifiques et techniques ;10/Intensification du pilotage pédagogique ;11/Amélioration du pilotage des écoles et établissements du privé ;12/Consolidation de l’apaisement du climat social ;13/Amélioration de l’efficience dans la gouvernance ;14/Mise en place d’un dispositif de pilotage de la qualité à tous les niveaux ;15/Meilleure implication des collectivités territoriales dans la gestion de l’école

Au niveau de la qualité :Améliorer le dispositif de pilotage en mettant le focus sur les intrants pédagogiques, l’encadrement et la formation des enseignants ;/Renforcer le contrôle et l’encadrement du personnel craie en main ;/Intensifier l’utilisation des ressources numériques ;/Renforcer le dispositif des PHARES ;/Mettre à disposition un personnel enseignant suffisant à l’élémentaire et des professeurs au niveau des disciplines scientifiques du secondaire ;/Favoriser la fixation des enseignants  par l’accélération du processus de création de l’université du Sénégal oriental ; /Terminer la construction du lycée technique et réceptionner les locaux ;/Soutenir les projets d’employabilité des jeunes par l’apprentissage non formel.

Au niveau de l’accès :Diversifier l’offre éducative dans l’élémentaire, le moyen et la formation professionnelle ;/Elargir l’accès au préscolaire ;/Diversifier et optimiser la qualité des offres en alphabétisation en suscitant une meilleure implication des Collectivités Territoriales ;/Ouvrir des classes passerelles dans toutes les zones à forte déperdition ;/Poursuivre la politique de résorption des abris provisoires

Au niveau de la gouvernance :Améliorer le mécanisme de contrôle et de gestion des ressources financières/Rendre plus fonctionnels les organes d’appoint (CGE, UCGE, Gouvernements scolaires, AME, etc.)/Renforcer les capacités des agents du niveau déconcentré/Promouvoir l’utilisation du SIMEN comme outil de gestion/Renforcer les mécanismes du dialogue social/Installer davantage la culture de la reddition des comptes à tous les niveaux.

 

En définitive ,la mise en œuvre du PTA de 2020 s’est traduite par des résultats en constante évolution tant dans le domaine de la qualité améliorée, de l’accès équitable et de la gouvernance. Malgré les contraintes et les défis énormes, des avancées significatives sont enregistrées. Cependant, certains indicateurs relatifs au pourcentage d’élèves orientés vers les filières scientifiques et techniques, doivent faire l’objet d’une attention particulière pour rester dans une dynamique de performance.

SOURCE RADIO GADEC BEETAWE TAMBACOUNDA   88.5

KEBA   KEBE         URACSENEGAL.SN

 

 

 

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.